Zone de Texte:  Au Pas des Siècles

Site Internet : http://aupasdessiecles.fr

Courriel : contact@aupasdessiecles.fr

 

 

 

BALADE DU 15 SEPTEMBRE 2013

(Journées Européennes du Patrimoine)

 

- LA CHAPELLE SUR ERDRE -

 

 

PLACE DE L'ÉGLISE

La première église (du XIIème), entourée du cimetière paroissial, et qui a remplacé la chapelle initiale, était délabrée et sa reconstruction fut décidée en 1828. S'avérant trop petite, son agrandissement fut décidé en 1856. Le cimetière a alors été déplacé.

Dans l'église : monument aux morts : érigé en 1919 ; Comporte les 97 noms de victimes de la guerre de 14-18. Vitraux retraçant l'histoire de Ste Catherine d'Alexandrie.

Sur la place, avait été installée une bascule pour peser les produits sur charriots avant leur expédition par train (pommes notamment).

Presbytère : édifié en 1749 ; Il était entouré de jardins et de prés. En 1898, la Compagnie de l'Ouest acheta une partie du terrain pour construire la ligne de chemin de fer de La Chapelle à Blain.

A gauche de la Gilière, avant le percement de la rue Olivier de Sesmaisons et la construction du pôle Méridis, , se situaient la Maison des soeurs Gardes-malades et une maison hospitalière, en continuité du parc de la Gilière, au début de la route de Nantes (construites en 1923 et1933).

Château de la Gilière (Mairie)

Le château (corps central avec deux ailes accolées) a été construit en 1840 sur l'emplacement d'une maison de la Gilière, les ailes surélevées postérieurement. Un mur ceinturait le parc.

Le château est acquis par la commune en 1977 et transformé en Hôtel de Ville en 1980.

 

LA RUE FRANCOIS CLOUET

Rue longtemps occupée par des commerçants et des artisans : épiciers, forgeron, tonnelier

Maison Burban : ancienne épicerie aux encadrements de façade en pierres de taille et balcons en fer forgé

Ancienne mairie-école-prétoire de Justice de Paix (1844)

 Suite à la loi Guizot de 1833, chaque commune de moins de 6000 hbts devait entretenir une école primaire. Etat déplorable des locaux utilisés -> décision de construire un nouveau bâtiment (école des garçons)

L'école Ste Anne et du lavoir, école libre de filles, mise à disposition en 1847.

Ancien lavoir (du bas du Bourg), devant l'école des filles + petit étang

La maison, au niveau de la statue de la Vierge (1930), au bas de la rue (bas du Bourg), fut un temps le local du Syndicat agricole.

Chemin du Plessis : il était jusqu'en 1847, date de mise en service de la route actuelle vers Sucé, le principal chemin reliant Mouline au Bourg 

 

VERS LE PORT AUX CERISES

Pont de chemin de fer de la Gandonnière : reliant la Gandonnière au lotissement du Port aux cerises. Endroit isolé à l'époque. Construit pour maintenir l'accès aux champs aux deux les fermes de la Gandonnière.

Pont du Petit Nay (chemin de fer sur l'Hocmard)

Pont maçonné avec pierres de taille apparentes situé dans une zône marécageuse, la Boire de Nay.

Sa longueur est de 124,30m ; C’est l’un des plus grands ponts de La Chapelle. Il comporte trois arches de 30m d’ouverture ; Les voûtes sont surbaissées avec une flèche de 7,90m partant du niveau de l’étiage ; Le tablier est à 15,40m de hauteur, avec garde-corps. Largeur du pont : 5,20m (ligne à voie unique).

Les deux piles centrales ont des renforts semi-cylindriques ; Elles font 3,5m de largeur à leur base. Leurs fondations ont environ 14m de profondeur et une largeur de 5m. Les culées sont fondées directement sur le rocher

Historique : construit sur la ligne Nantes-Châteaubriant, mise en service par la Compagnie d’Orléans le 23 Décembre 1877. Il fut bombardé par des B17 Américains le 24 Juillet 1944 afin d’empêcher la remontée vers la Normandie de renforts allemands

Le Port aux cerises (ou Port de Nay, sur la Boire de Nay)

Le trafic de ce dernier était important car il servait également de débouché sur l'Erdre pour Treillières et Grandchamp. « Il sert (le chemin d'accès) à transporter des bois de construction et de chauffage qui vont embarquer au Port de Naie pour être de là conduits à Nantes. Les agriculteurs du pays font également débarquer à Nais les noirs charroies, cendres de toutes espèces, chaux et autres engrais qu'ils emploient dans leurs terres » 

Plusieurs bateaux à rames ont conduit les denrées par voie d’eau jusqu’à Nantes, au quai Barbin. C’est par ce moyen que les fermiers de Mouline et La Brosse menaient au marché leurs cerises, pommes et châtaignes

Le dernier bateau de sable de Loire accosta en 1910.

 

LE BORD DE L'ERDRE

Manoir de la Gandonnière

Le manoir actuel date de 1750. Il est transformé depuis 1998 en chambres d'hôtes.

Le bassin communiquant avec l'Erdre aurait été construit afin de contourner le droit de pêche dans l'Erdre que détenait seul le chatelain de la Gascherie sous l'Ancien Régime.

A l'entrée du vieux village, subsiste une construction dont les ouvertures sont encadrées de blocs de tuffeau. Il s'agit de l'ancienne boulangerie qui était accolée à un four aujourd'hui disparu.

Château de la Gascherie

Le château a été construit en 1480, probablement sur l'emplacement d'un ancien manoir de chasse ; Il forme une équerre dont l'angle intérieur est occupé par une élégante tourelle polygonale. La porte principale date du XVIème siècle, l'horloge du XVIIIème siècle. L'édifice est rénové en 1880 par l'architecte de La Morandière. La loggia date de cette époque. Il comporte une chapelle privée.

 Les écuries datent du XIXème siècle. Dans le parc, étang et colombier (fuie)

En 1775, de châtellenie, La Gascherie est érigée en marquisat (famille Charette). Le seigneur de La Gascherie avait "ses armoiries, banc et enfeu, avec toutes prééminences en l'église comme seigneur haut justicier"

François la Noue dit Bras-de-fer y vécut au XVIème.

Domaine devenu en partie Bien National vendu à la Révolution, il fut reconstitué au XIXème.

Port de la Grimaudière

Aménagement progressif du port : au début du XXème, seul un ponton permet l'accostage ; Mais c'est l'essor du tourisme : en été, des visiteurs en provenance de Nantes débarquent de bateaux à vapeur .

 

L'ANCIENNE GARE DE CHEMIN DE FER

L’arrivée du chemin de fer a été un facteur important d’animation du Bourg.

Une partie des récoltes est expédiée par train ; Des pommes sont ainsi livrées, après 1900, dans d’autres régions, surtout dans l’Est de la France et l'Allemagne (utilisées pour la compote). De la chaux en vrac est réceptionnée.

Dans les années 1930, circulaient en provenance de Rennes les trains Rennes-Bordeaux, le rapide St-Malo-Hendaye (le Côte d'émeraude-Pyrénées) et l'express de nuit Dieppe-Irun. Puis une 'micheline'.

Une double voie reliait La Chapelle à Nantes.

Destruction  de la gare avec la construction de la déviation du Bourg (RD39) et de la maisonnette du passage à niveau de la rue de l'Erdre.