(Source : association AU PAS DES SIECLES)

                                                                          LE SITE DE LA VERRIÈRE

LE MOULIN A EAU

 

                MOULIN A FARINE              FOULON                   FORGE  FOULON     MINOTERIE             

           -  -  ----------------------X------------------------------------X-------X-------------X-----------------X--->

                                             1685                                       1787   1806            1841                1889 

 

 

Fin XIIème, le moulin dépend du prieuré de l'Angle Chaillou (tout proche, vers Nantes) avant de devenir une possession de la Gascherie. Alors moulin à farine, il est ensuite utilisé pour des productions artisanales/industrielles et est détenu, à partir de 1770, par une succession d'entrepreneurs jusqu'à la fin de son exploitation en 1889.

Vers 1685, Louis Charette - seigneur de la Gascherie - transforme le moulin à farine en moulin à foulon (ou à chamois) destiné à battre les peaux, avant de le vendre.

Puis l'entreprise Gaudin Fils et Compagnie, qui possède le haut-fourneau du Pas Chevreuil à Joué/Erdre et une manufacture à Bel Air (Talensac), entreprend en 1790 la construction d'une forge et du village de la Verrière pour loger les ouvriers spécialisés venant d'autres sites qui travaillent 'au feu et en continu'. Le moulin abrite un fourneau, un gros marteau et deux martinets.

 La Verrière devient un centre industriel : fonte et charbon de bois ou 'de terre' sont acheminés pour la production de fers de différents profilés, boulets et ancres pour l'armement de navires, outils aratoires (socs de charrue,..), et probablement menottes à goupilles et barres de traite pour le 'marché des noirs'. Jusqu'à 37 personnes ont habité le village, parfois en famille. Les travaux annexes de la forge, transports saisonniers sont effectués par des ouvriers locaux.

Mais la concurrence (Indret, Amboise), la conjoncture (la chouannerie avec ses incursions et les réquisitions) et l'abolition en 1794 de la traite des Noirs conduisent la Société à la faillite en 1806. Le moulin est vendu et reconverti en moulin à foulon. En 1841 : un nouvel entrepreneur transforme le moulin en minoterie.